Matthieu GAUTHIER a ouvert sa première entreprise en 2006 après avoir achevé son tour de France. En 2008, il part rejoindre sa femme Esra à l'étranger et ensemble, ils travailleront à la conception et à la réalisation de maisons bioclimatiques. En 2016, ils rentrent en métropole et mettent au point un système constructif synthétisant les expériences et les connaissances acquises. Début 2018, une entreprise est créée et démontre que la haute performance thermique est accessible à tous les budgets.  Il a reçu 1er Prix Innovation Procédé le 2 décembre 2019 à Périgueux.

  • White LinkedIn Icon

Esra GAUTHIER est ingénieur géologue de formation. Tout en travaillant plusieurs années chez Petrobras,  elle aide son mari dans la conception et la réalisation de maisons bioclimatiques. Son expérience des logiciels s'avère un atout très utile à la conception et à la modélisation des projets de construction. En 2019, elle a obtenu le certificat de conception de maisons passives. 

  • White LinkedIn Icon
seal_en.png
 

Une histoire, un contexte...

 

Pour celles et ceux qui s’engagent dans la recherche d’autonomie en devenant propriétaires, le choix de la construction neuve semble s’imposer le plus souvent. Si nous devions qualifier notre propre expérience, nous dirions aujourd'hui qu'elle est celle d'un équilibre.

 

Premièrement, le budget est la contrainte qui conditionne toutes les autres ; l'exigence d'efficacité énergétique peut, d'entrée de jeu, buter contre cet écueil. Pour le contourner, il faut bien intégrer les phénomènes thermiques à l'œuvre dans un bâtiment. Pour notre part, nous avons vite réalisé que les méthodes de construction actuelles rendaient financièrement difficile l'accès à la performance. Nous avons pris le parti de modifier la technique constructive pour à la fois la simplifier et l'orienter essentiellement vers le meilleur rapport prix / performance.

 

Deuxièmement, nous avons collectivement un "budget carbone" à ne pas dépasser. Un tiers du carbone est émis dans l'atmosphère par le secteur de la construction. Plus spécifiquement, l'énergie nécessaire à la mise à disposition des matériaux et à la construction d'une maison passive peut correspondre à près de 100 années de chauffage du logement. Le choix des matériaux employés est donc une affaire de sensibilité environnementale. Une maison passive doit prendre en compte au moins un des grands principes de la construction écologique : il faut que la conception minimise l'énergie consommée par et pour la construction autant que celle qui sera consommée par l'usage du bâtiment. Du point de vue écologique, toutes les maisons passives ne se valent pas ! 

 

Dans un contexte où l'énergie va devenir denrée rare, faire mieux avec moins est le défi de ces prochaines années.